ven 23 août 2019
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Accueil MODEF / Actions et positions / Nos communiqués

Actions et positions

Nos communiqués

Crise aviaire : quel gâchis !

Gâchis parce qu'une autre solution pour gérer la crise sanitaire était possible et qu'elle a été tuée dans l’œuf par une poignée de personnes qui s'octroie le pouvoir de représenter à eux seuls l'ensemble des professionnels de la filière palmipèdes.
Ils n'ont pas défendu l'option d'un vide sanitaire tournant sur les territoires qu'avaient proposé des entreprises. Or, l'exploration plus poussée de cette piste aurait pu permettre des vides sanitaires plus longs sans un arrêt complet de la découpe et de la transformation dans les entreprises.
Entre eux, ils ont tranché pour un vide sanitaire total et simultanée dans le grand Sud-Ouest. Ils ont arbitré avant tout en fonction des intérêts « supérieurs » des outils industriels qu'ils dirigent par ailleurs.

La mobilisation a payé mais...

Parce que quelque 750 personnes ont manifesté à l'appel du Modef des Landes le 20 janvier dernier, parce que des élus et parlementaires du grand Sud-Ouest ont relayé leurs préoccupations, le gouvernement prend aujourd'hui mieux en compte la diversité de la filière des palmipèdes à foie gras.
Ainsi l'arrêté relatif aux mesures de biosécurité a intégré des modes de production, des pratiques de bon sens développées dans les petites et moyennes exploitations. Par exemple, les éleveurs-gaveurs pourront continuer à fonctionner en multibandes dans des conditions qui seront précisées dans une circulaire ministérielle.

Les producteurs sacrifiés

Les mesures annoncées, validées par les représentants de la profession, sont lourdes de conséquences pour les éleveurs et gaveurs de palmipèdes. Dans les faits, le plan va se traduire pour eux par plusieurs mois sans activité d'élevage de canards et donc sans revenu.
Le Modef des Landes a soutenu la proposition que soient instaurées des zones sur lesquelles les mesures de vide-sanitaire auraient pu être coordonnées (alternance par secteur géographique et échelonnement dans le temps) pour atteindre l'objectif d'assainissement avec le moins de casse possible.
Les représentants de la profession volailles et palmipèdes se sont prononcés pour l'arrêt total pendant plusieurs semaines (pas de nouvelle mise en place de canetons à compter du 18 janvier).
En l'absence de risque pour la santé humaine, les producteurs de palmipèdes sont sacrifiés pour permettre aux industriels de la filière volailles et canards de poursuivre les exportations.
Le Modef continue de demander que la copie soit revue et invite les producteurs favorables à ce positionnement à venir vendredi 15 janvier à 20 h à Doazit à la salle des fêtes (au bourg)

Favorable aux chasses traditionnelles

Le Modef des Landes a apporté son soutien aux chasseurs à la matole et plus particulièrement à la famille DUTOUYA d'Audon par l'intermédiaire d'un message adressé le 12 novembre à Jean-Jacques LAGUE, président de l'association départementale des chasses traditionnelles.
Le Modef considère que les chasses traditionnelles font partie du patrimoine culturel populaire des Landes.

Un sommet du végétal vraiment au sommet !

On pouvait penser que, en descendant dans les Landes, les dirigeants des sections spécialisées de la Fnsea (AGPM, AGPB et FOP) souhaitaient venir à la rencontre des agriculteurs landais dont la SAU moyenne est de 36 ha.
Au contraire, il s'avère que le « Sommet » du végétal porte bien son nom tant il est éloigné des réalités et des préoccupations du terrain.
Le MODEF demande aux responsables professionnels agricoles de redescendre sur terre et d'agir pour que le travail paysan soit correctement rémunéré.

Le prix des coups tordus à Mme Chantal Gonthier


Le conseil d'administration du Modef, réuni ce vendredi 6 février pour analyser les résultats des élections MSA, a décerné le premier prix des pratiques antidémocratiques à Chantal Gonthier, la présidente actuelle, qui a bloqué la transmission des résultats détaillés au Modef des Landes jusqu'à vendredi midi.

Ce blocage a permis à la FDSEA de communiquer largement et unilatéralement sur son « écrasante victoire » (via un numéro de leur journal à grand tirage).

Cette pratique partisane nous inquiète au plus haut point dans la mesure où elle émane des « responsables » d'un organisme de protection sociale du secteur agricole.

Le Modef des Landes résiste bien

Sur la base des listes provisoires, il apparaît qu'en 10 ans, dans les Landes, le nombre d'inscrits au collège chefs d'exploitations, retraités agricoles et assimilés (conjoints, etc.) a reculé de 25 %. Ce taux correspond exactement au taux d'élimination des exploitations agricoles observé par le RGA : - 25 % sur la période 2000 à 2010.

Toujours dans le collège 1 qui concerne 15 000 électeurs potentiels, le taux de participation aux élections professionnelles s'effrite très sérieusement passant de 74 % en 2005, à 62 % en 2010 pour tomber à 52 % en 2015. Nous ne pouvons que regretter que la MSA soit de plus en plus assimilée à une administration qui s'éloigne de ses assurés alors que les fondateurs de la protection sociale généralisée misaient sur l'implication des travailleurs (au sens large) pour en faire une œuvre collective, une école de démocratie sociale et de solidarité.

Sur les 30 cantons, le MODEF et l'Adraf ont présenté 24 listes (4 de plus qu'en 2010) afin que la grande majorité des électeurs (92 %) aient un véritable choix.

En l'absence de communication du nombre de voix recueillies, nous ne pouvons encore mesurer la représentativité syndicale des uns et des autres.

Au premier collège, 33 délégués cantonaux Modef-Adraf ont été élus. Globalement, le Modef et l'Adraf perdent 4 sièges.

Elections MSA : Le Modef demande 4 rectificatifs

Le matériel de vote pour l'élection des délégués cantonaux MSA arrive dans les boîtes aux lettres.
Le MODEF des Landes découvre que, alors que les listes déposées avec un candidat-titulaire et un candidat-suppléant ont été enregistrées comme telles (Cf. Les 4 récépissés de déclaration de candidature), le bulletin de vote ne comporte aucune référence au MODEF.
Contrairement à ce qui était pratiqué lors des précédents scrutins (et ce jusqu'en 2010) et sans aucune information préalable, le MODEF constate que ses candidats sont présentés comme « candidature individuelle ».
Les électeurs ne disposent donc d'aucune élément leur permettant d'établir un lien entre la profession de foi commune à l'Adraf et au Modef et les candidatures dites « individuelles ».

Le malaise paysan appelle d'abord une revalorisation de leurs revenus

Les conditions de travail, notamment celles des éleveurs, sont indéniablement difficiles. Mais elles le sont avant tout parce que la rémunération n'est pas en adéquation avec le travail fourni.
Produire toujours plus de poulets, de canards, de bovins, de porcs... pour tenter de compenser sans cesse la baisse des prix imposée par les transformateurs et la grande distribution conduit à l'impasse : élimination d'un quart des paysans en 10 ans, impacts sur l'environnement.
Il est possible de combiner le développement économique, social et le respect de l'environnement si on admet que le mode de développement agricole durable a un coût.
Pour sortir de l'ornière, tous les outils sont à mobiliser pour faire évoluer nos modèles agricoles : mieux répartir les aides Pac, partager le foncier et l'eau, encourager l'autonomie des exploitations et l'agriculture de groupe. Mais aussi, donner du poids aux producteurs dans les négociations commerciales afin que qu'ils tirent un revenu décent de leur travail.

Soutien du Modef 40 aux salariés Msa dans l'action

La dégradation des services de proximité, que le Modef redoute depuis plusieurs années, se vérifie progressivement.
Les élus Modef à la MSA et les collègues agriculteurs constatent qu'il est de plus en plus compliqué d'entrer rapidement en relation avec une assistante sociale.
Les délais de traitement des dossiers de prestations s'allongent : deux mois de retard annoncés pour les aides au logement, combien de mois de retard pour les remboursements maladie ?
Le Modef des Landes ne remet pas en cause la bonne volonté des salariés de la mutualité sociale agricole Sud-Aquitaine mais bien l'insuffisance des moyens : non remplacement des agents partant en retraite et réduction des budgets de fonctionnement.

Plan du site