lun 09 décembre 2019
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Accueil MODEF / Agenda et Actus / L'actu agricole départementale / Influenza avaire : l'avis des producteurs du Modef

Agenda et Actus

Influenza avaire : l'avis des producteurs du Modef

Ce 7 janvier, le Modef des Landes a saisi les élus afin que les dispositions retenues préservent le mode de production traditionnel qui fait vivre de nombreuses petites et moyennes exploitations.
Parmi les propositions sur la table, celle consistant à imposer l'élevage en bande unique (présence d'un seul lot à la fois sur l'exploitation) n'est pas, pour le Modef, pertinente.
Outre le fait que des vétérinaires émettent des réserves sur sa fiabilité sanitaire, il faut prendre conscience que cela impactera particulièrement le mode de production traditionnel et notamment les producteurs qui élèvent et qui gavent. Or, un des facteurs d'efficacité économique de ce système réside justement dans le fait que le producteur cumule la marge de la partie « élevage » et de la partie « gavage ».
Influenza avaire : l'avis des producteurs du Modef

Le Modef demande une réflexion approfondie sur les dispositions qui préservent ces systèmes plus autonomes et économes, systèmes qui concernent des volumes de production plus faibles et donc plus maîtrisables sur le plan sanitaire (peu de concentration, moins de mouvements d'animaux...) telles les « unités de production sanitaires » où pourraient se combiner démarrage, élevage et gavage.

Cependant, il est indispensable de proportionner les contraintes avec l'économie des exploitations. En bandes multiples, un vide sanitaire total de 14 jours se traduit par une baisse de l'activité qui se répercute sur 17 semaines (2 de vide sanitaire, 13 d'élevage et 2 de gavage). Cela remet en cause la rentabilité globale de l'élevage qui, dans un contexte de surproduction, laisse peu de perspective de hausse des prix.

Il est également indispensable de proportionner le niveau de contrainte des mesures obligatoires en fonction de la pression de la maladie. Des travaux plus poussés sur l'origine, la propagation et le fonctionnement du virus sont certainement nécessaires.

Préférons aux mesures définitives des mesures évolutives et adaptées à l'intensité de la crise.

Enfin, le Modef des Landes a attiré leur attention sur les indemnisations des producteurs. À ce jour, les premiers éleveurs touchés en Dordogne ne sont toujours pas indemnisés. L'indemnisation devra prendre en compte les pertes liées à l'abattage des animaux positifs mais également les pertes induites par l'impossibilité de sortir (ou de mettre en place) des bandes d'animaux élevés ou gavés, l’allongement des vides sanitaires...

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef