ven 24 mai 2019
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Accueil MODEF / Agenda et Actus / L'actu agricole départementale / Influenza aviaire : Les propositions du Modef

Agenda et Actus

Influenza aviaire : Les propositions du Modef

Dès ce vendredi 6 janvier, une délégation du MODEF des Landes a rencontré Mme Marie-France CAZALERE, conseiller agriculture et développement rural du Président de la République. Mme CAZALERE, accompagnée du directeur adjoint de la DDCSPP des Landes, a accueilli avec grand intérêt les propositions du Modef pour l'avenir à la filière foie gras, l'élevage en plein air et la production de valeur ajoutée sur nos territoires.
Influenza aviaire : Les propositions du Modef

De g à d : Serge Mora, Marie-France Cazalère, Maryline Beyris et Mélanie Martin

Maryline BEYRIS, Serge MORA et Mélanie MARTIN ont été reçus à la Préfecture, en marge du déplacement de François HOLLANDE à Mont de Marsan, par Mme Marie-France CAZALERE, conseiller agriculture du Président de la République.

La délégation du Modef lui a fait part des premières propositions qui émergent des débats avec les producteurs.

Constatant que si le 1er cas avait concerné un élevage autarcique, le feu aurait pu être éteint plus facilement (pas de flux avec l'extérieur), le MODEF entend préserver les modes d'élevage et de production qui approvisionnent les filières de qualité. L'élevage en plein air est une condition forte de cette authenticité. Le syndicat demande que l'abaissement des densités en période de risque (hivernale) soit reconnu comme alternative au confinement.

Il demande aussi que les flux (transports, prestation de service...) soient limités et que l'on revienne à une économie ancrée dans des territoires.

Enfin, le "tronçonnage" de l'élevage en multiples phases est à éviter et en particulier la spécialisation d'ateliers de canetons démarrés.

Dans la mise en œuvre de l'actuelle gestion de la crise, le Modef a demandé pourquoi il n'a pas été recherché de mener à terme le maximum d'animaux qui sont élevés et gavés sur une même exploitation. Pourquoi ne pas attendre quelques jours afin de les abattre dans un abattoir dédié, où ils pourraient être valorisés normalement.

Enfin, selon le Modef, le FMSE sera d'évidence très très insuffisant.

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef