sam 22 janvier 2022
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Agenda et Actus / L'actu agricole départementale / Influenza aviaire : la fuite en avant

Influenza aviaire : la fuite en avant

L’État condamne la Chalosse. Avec l’installation d’une plate-forme d’abattage à Hagetmau, en pleine zone d’activités commerciale et artisanale, le virus arrive aux portes de ce territoire pour l’instant épargné. Le Modef s’oppose à cette localisation et partage l’inquiétude des éleveurs chalossais qui y voient un gros risque de diffusion du virus, alors que la majorité d’entre eux a fait des efforts de réduction des volumes de 40 à 50%, voire a totalement suspendu les élevages.

Publié le 06 janvier 2022.
Influenza aviaire : la fuite en avant

La Chalosse, systématiquement victime d’un modèle industriel lors des derniers épisodes d’influenza aviaire, est pour le moment épargnée par la nouvelle crise.
Aujourd’hui ce sont l’État, la Chambre d’Agriculture et le Cifog qui la condamnent en décidant, sans concertation avec les élus locaux ni les représentants syndicaux, d’implanter à Hagetmau la nouvelle plateforme d’abattage préventif de volailles venant de zones à risques autour de Mant (40) Ségos (32), Orthez (64).
De la bouche même de la Préfète lors de la réunion du 5 janvier, c’est le « Grand Tursan qui est majoritairement touché par le virus cette année ». Il nous paraît donc indispensable de localiser cette plateforme au cœur du territoire concerné.
La seule réponse qui nous est apportée est l’assurance que les animaux transportés vers cette plateforme seront des animaux sains. Mais cela n’est pas suffisant. Le transport de canards testés négatifs à Monségur vers Cazalis où ils se sont avérés positifs est un exemple flagrant de la faible fiabilité des tests menés.
Il nous est certifié que le virus s’arrêtera à Hagetmau, comme il nous avait été assuré dans les années 80 que le nuage de Tchernobyl s’arrêterait à la frontière. Nous connaissons aujourd’hui les conséquences.
La confiance est rompue.
Aujourd’hui, tous les éleveurs ont respecté la mise à l’abri des animaux. Le plein-air ne peut plus être désigné coupable de la diffusion du virus que nous subissons.
Le modèle industriel doit donc régler ses problèmes de concentration des volumes, de segmentation de la filière qui engendre des flux de transports et de personnes trop nombreux. Sans faire peser sur les élevages autarciques et de plein-air une responsabilité infondée et une menace inconsidérée.
Nous apportons notre soutien plein et entier à tous les éleveurs victimes d’un système qui ne tire aucune leçon des expériences passées et poursuit sa fuite en avant.
Contacts presse :
Mélanie Martin : 06 89 40 91 00
Christophe Mesplède : 06 09 92 15 09
Serge Mora : 06 30 71 15 00
Modef Landes : modef.landes@wanadoo.fr

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef