lun 24 juin 2024
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Agenda et Actus / L'actu agricole départementale / Le Modef des Landes toujours mobilisé

Le Modef des Landes toujours mobilisé

Après le renoncement des représentants de la FNSEA-JA, le Modef des Landes reste mobilisé en faveur du revenu agricole, cruellement oublié dans les négociations entre l'Etat et le syndicat majoritaire.

Le Modef des Landes toujours mobilisé

Quinze jours d'une mobilisation exemplaire, marquée par un drame humain, des arrestations, des blocages et une visibilité médiatique comme le monde agricole en connaît rarement pour, au final, des demi-mesures qui ne satisfont personne, si ce n'est les cadres de la FNSEA et le Gouvernement. 

Le Modef des Landes avait prévenu dès le début du conflit : nous n'avons rien à attendre de ce tandem qui nous plonge depuis plusieurs décennies dans la crise que nous connaissons aujourd'hui. Dans le brouhaha ambiant, entre confiscation de la parole paysanne, désignation de coupables et ronde des "spécialistes" sur les plateaux télés, nous avons voulu faire entendre une autre voix, celle des petites exploitations broyées par la logique industrielle et libérale.

C'est ce que nous avons fait le samedi 27 janvier sur le marché de Dax, en allant à la rencontre des producteurs et des consommateurs qui ont eux aussi un rôle primordial à jouer. Dès l'annonce des mesures gouvernementales et leur acceptation docile par le syndicat majoritaire et la Coordination rurale, nous avons souhaité poursuivre la mobilisation pour montrer notre refus de ce jeu de dupes. Jeudi 1er février, nous sommes allés soutenir les élèves du lycée agricole de Mugron, mobilisés eux aussi pour leur avenir. L'occasion de creuser avec eux les sujets de la répartition de la valeur ajoutée, de la Pac ou encore du foncier.

Vendredi 2 février, une soixantaine de paysannes et paysans, avec le soutien des apiculteurs de la région, ont défilé de Saint-Sever à la préfecture de Mont-de-Marsan, délivrant sur le parcours nos messages devant le siège de Maïsadour, de Delpeyrat, la Chambre d'Agriculture des Landes et enfin, à la Préfecture.

Le revenu, premier combat

A chaque fois notre message fut clair : la mère de toutes les batailles demeure le revenu agricole, pour lequel aucune avancée concrète n'a été obtenue malgré une mobilisation sans précédent. Or il existe des mécanismes clairs et précis pour permettre à chacun de vivre dignement de son travail : 

- Recentrer au moins 30% du budget de la Pac sur les 60 premiers hectares afin qu'elle profite à tous : aujourd'hui, 64% du revenu des exploitations agricoles provient de la Pac. Or, 80% des aides reviennent aux 20% des agriculteurs qui possèdent le plus de surface, créant un déséquilibre intenable. Il convient aussi d'apporter une bonification spécifique aux prairies pour soutenir la qualité de l’élevage français en pâturage. Ce sont deux mesures d’urgence qui doivent s’accompagner à plus long terme d’une refonte complète de la politique agricole commune.

- Instaurer des prix planchers pour tous les produits agricoles à la hauteur des prix de revient (coûts et rémunération du travail, incluant les cotisations sociales). Dans le même temps, il est indispensable de rendre transparentes et d’encadrer les marges de la grande distribution, des transformateurs et de l’agroalimentaire. Ceci doit venir en complément de l'application stricte et d’un renforcement de la loi Egalim, notamment pour mettre fin au rôle de juge et partie des interprofessions dans la négociation des prix avec les OP.

- Préserver le foncier agricole est un prérequis incontournable à la souveraineté alimentaire. Il faut donc engager une politique offensive en sa faveur en stoppant l’artificialisation sous quelque forme que ce soit des terres nourricières et l’accaparement du foncier par des sociétés ou des grands groupes. Il faut également redonner aux CDOA leur rôle de contrôle, notamment par le biais de Schémas directeurs régionaux des exploitations agricoles entièrement révisés pour une meilleure répartition du foncier agricole ; et réimpliquer l’État dans le financement des Safer afin qu’elles aussi reprennent leur rôle de régulateurs du foncier au bénéfice de l’agriculture.

- Adapter les normes sanitaires et administratives à la réalité des fermes : l'avalanche de normes et de contraintes qui déferle sur le monde agricole sert le plus souvent à justifier des dérives productivistes de l'agro-industrie. Les petits paysans, eux, ne devraient pas avoir à se justifier au même degré. Il est impératif d’adapter ces normes sanitaires et administratives à la réalité des fermes.      

Les actions se sont poursuivies le samedi 10 février avec une opération au centre commercial du Grand Moun de Mont-de-Marsan pour vérifier l'étiquetage des produits alimentaires et dénoncer le double-jeu de l'agro-industrie, puis le samedi 17 août au Grand Mail de Saint-Paul-lès-Dax ou encore le mardi 20 février avec la venue de la préfète des Landes sur la ferme de Laurent Laborde à Carcen-Ponson. 

Le choix qui s'offre aux travailleurs de la terre est plus que jamais évident : continuer la marche forcée vers l'industrialisation de notre agriculture sous la pression de la FNSEA, en laissant au bord du chemin tous ceux qui refusent de s'y compromettre. Ou permettre la survie de tous et le renouvellement des générations en encourageant tous les modèles, y compris les plus modestes, ce que propose le Modef. C'est ce choix que vous devrez effectuer en janvier 2025 lors des prochaines élections à la Chambre d'Agriculture.

manif1

Le 27 janvier au marché de Dax.

manif2

Le 1er février avec les élèves du LEA de Mugron.

manif3

La manif du 2 février entre Saint-Sever et Mont-de-Marsan.

manif4

L'arrivée devant la Préfecture des Landes.

manif5

Le 10 février devant le Grand Moun.

424730294_884619133670131_5660108066256069136_n

Le 16 février devant le Grand Mail à Saint-Paul-lès-Dax.

392787251_794098286093894_263393817894638469_n

Le 20 février avec madame la préfète sur la ferme de Laurent Laborde à Carcen-Ponson.

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef