jeu 22 février 2024
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Agenda et Actus / L'actu agricole départementale / Scandale Novoporc : une complaisance inacceptable

Scandale Novoporc : une complaisance inacceptable

Le scandale Novoporc, révélé le 8 décembre par la diffusion de vidéos sur Internet et dans des médias nationaux, salit la réputation de tous les éleveurs landais.

LETTRE OUVERTE

A Mont-de-Marsan, le 12 janvier 2024

A Françoise Tahéri, préfète des Landes
A Marie-Hélène Cazaubon, présidente de la Chambre d’Agriculture des Landes
A Jérémy Lapeyre, vice-président de la Chambre d’Agriculture des Landes
A Éric Narbaïs-Jauréguy, président de Lur Berri
A François Lesparre, président de la FDSEA40

Le scandale Novoporc, révélé le 8 décembre par la diffusion de vidéos sur Internet et dans des médias nationaux, salit la réputation de tous les éleveurs landais.

Il implique directement le président du comité d’orientation Elevage et deuxième vice-président de la Chambre d’Agriculture des Landes, Jérémy Lapeyre, président de la société Novoporc au moment des faits. Si celui-ci a choisi de se mettre en retrait du comité d’orientation Elevage, il demeure dans ses fonctions de deuxième vice-président de la Chambre, de président de la commission Marchés publics, d’élu du 5e collège désigné par la FDSEA-JA comme représentant des Organisations syndicales à vocation générale.

Par ailleurs le journal Sud-Ouest, dans son édition du 13 décembre, nous apprend que la Préfecture des Landes avait connaissance des images tournées dans les installations de Novoporc dès le mois d’août. Ainsi pendant plus de trois mois, les services de l’Etat ont délibérément ignoré cette situation, jusqu’à ce que la diffusion publique des images ne les obligent à réagir.

Cette complaisance, au moment même où contrôles, mises en demeure, sanctions et amendes pleuvent sur les éleveurs du département, en particulier de volailles et palmipèdes, est tout simplement incompréhensible. 

Face à ce scandale et au préjudice qu’il entraîne pour l’ensemble de la profession, les élues du Modef des Landes et de la Confédération Paysanne dénoncent :

- La complaisance de Madame la présidente de la Chambre d’Agriculture des Landes, Marie-Hélène Cazaubon, et du président de la FDSEA des Landes, François Lesparre, qui ont mis publiquement en doute la véracité des images tournées à Mant et ont maintenu M. Lapeyre dans ses fonctions d’élu, de deuxième vice-président et de président de la commission Marchés publics au sein de l’institution. 

- L’inaction de Madame la Préfète des Landes, Françoise Tahéri, dont les services ont fermé les yeux entre le moment où ils ont pris connaissance des images au mois d’août dernier et leur diffusion publique le 8 décembre. 

- La négligence de la coopérative Lur Berri, déjà impliquée dans d’autres scandales sanitaires, qui a fui ses responsabilités et son devoir d’assurer le bon fonctionnement de ses sites de production, comme il incombe à tous les éleveurs, alors même qu’elle a réalisé 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires lors de l’exercice 2022-2023.

Les élues du Modef des Landes et de la Confédération Paysanne demandent à Madame la présidente de la Chambre d’Agriculture des Landes, la mise en retrait de M. Lapeyre de l’ensemble de ses fonctions au sein de l’institution jusqu’à ce que les responsabilités des différentes parties prenantes dans cette affaire soient clairement établies. Elles réclament également des explications à Madame la Préfète des Landes quant à l’inaction de ses services sur ce dossier, alors même que d’importants moyens sont déployés pour contrôler et sanctionner de petits éleveurs qui, pour des raisons de bien-être animal, refusent de claustrer leurs volailles ou palmipèdes. 

Ce scandale ne peut que creuser un peu plus le fossé entre l’opinion publique et le monde agricole. Les petits éleveurs qui se plient chaque jour aux injonctions règlementaires, toujours plus nombreuses et contraignantes, ne peuvent plus accepter d’être éclaboussés par les dérives d’une agro-industrie qui se pense au-dessus des Lois. Ils ne comprennent pas comment les services de l’Etat ont pu fermer les yeux tout ce temps sur ce cas manifeste de maltraitance animale, dont le déballage public porte préjudice à l’ensemble de la profession. 

Mélanie Martin, Maryline Beyris et Emilie Deligny,

élues Modef-Confédération Paysanne à la Chambre d’Agriculture des Landes

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef