mar 12 novembre 2019
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Accueil MODEF / Dossiers / Productions animales / Volaille / AG Volailles d'Albret 2012 : l'indispensable compensation

AG Volailles d'Albret 2012 : l'indispensable compensation

Le 8 juin à Saint-Avit, quelque 70 personnes étaient présentes pour l’assemblée générale de la SCA Volailles d’Albret parmi lesquelles des producteurs mais aussi les représentants des accouveurs, des fabricants d’aliments et des abattoirs. Bien que la dynamique de développement soit satisfaisante, le président n’a pas manqué de revendiquer une indispensable compensation des hausses de coûts pour les éleveurs. Il a donc adressé ce message aux clients : « Nous sommes plus que jamais partenaires, parce que l’avenir de l’un dépend de l’autre et vice-versa. Sans revenu, pas d’éleveur et sans éleveur plus d’approvisionnement indépendant » a t-il plaidé. La coopérative commercialise ses volailles à deux abattoirs : LDC à Bazas (entre 85 et 90 %) et Ronsard à Losse.

Une belle allure de croisière

« Je crois que la coopérative a retrouvé une belle allure de croisière » a exprimé le président lors de notre entretien. En effet, la coopérative a repassé la barre des 22 millions d’euros de chiffre d’affaires (+ 11 % par rapport à 2010) et des 5 millions de volailles mises en place (+ 3 %), volailles festives comprises.

« Ce sont surtout les volumes de poulets jaunes du sud-ouest qui progressent grâce à des capacités de production enfin retrouvées », a commenté Jean-Francis PLANTÉ au cours de l’assemblée générale. Il fait allusion ici au bilan des constructions des 400 m2 : 96 bâtiments se sont montés entre 2006 et 2012 dont 23 en 2010, 18 en 2011 et 13 en 2012.

Avec 1,24 million de têtes en 2011, la production de poulets label Landes (liberté) s’érode mais sa lente diminution semble contenue pour le moment.

Tirée par la demande commerciale, les pintades fermières des Landes sont pour la 2e année consécutive en progression.

Compenser les hausses de coût

L’année 2011 a été marquée par de nouvelles hausses de céréales qui n’ont pas toutes été répercutées par les clients. « Depuis que le Label rouge existe, c’est la première fois que la règle d’or de la compensation des hausses de céréales n’a pas été respectée. Cela fragilise les producteurs et Volailles d’Albret » a constaté dans son rapport moral le président. « Nos clients ont-ils la volonté de préserver aujourd’hui le seul groupement indépendant de la région ? » a-t-il demandé.

Les rapprochements, les rachats successifs font que Volailles d’Albret reste la seule alternative pour les producteurs face à la main mise des grands groupes coopératifs.

« La coopérative est aussi le seul moyen pour nos clients de ne pas dépendre de leurs concurrents directs pour leur approvisionnement en volailles », glisse opportunément M. Jean-Francis PLANTÉ.

Ce qui compte, c'est l'efficacité

Trois questions ont structuré l’intervention de M. Pierre CARRIE, le directeur de LDC Aquitaine : Comment LDC voit Volailles d’Albret ? Qu’est ce qu’être volailler aujourd’hui ? Et comment LDC voit l’avenir ?

« Vous êtes une coopérative indépendante, une structure bien organisée avec une solide équipe technique. Ce n’est pas la taille qui compte, c’est l’efficacité » a affirmé M. CARRIE.

Selon lui, être volailler c’est faire un produit de qualité et apporter de réels services tels que adapter ses horaires de livraison, élaborer du prêt à cuisiner, offrir des animations aux magasins… « Autrefois, le volailler était sur le marché, il connaissait bien le milieu. Il faut garder cette proximité » a-t-il souligné.

L'avenir ?

L’avenir reste la question la plus délicate.

Pour le responsable de LDC Aquitaine, il faut continuer à écouter vraiment les consommateurs et ne pas sous-estimer les questions dans l’air du temps. « Toujours améliorer nos savoir-faire, il faut aussi de l’intelligence et de l’astuce » a-t-il indiqué.

À ses yeux, la dimension essentielle reste de garder des prix abordables à tous.

Côté Volailles d’Albret, les responsables sont conscients qu’il faut sans cesse construire l’avenir. « Il faudra être innovant, inventif. Il faudra même bousculer les frontières de notre métier pour exister demain. Volailles d’Albret doit maintenant réussir sa diversification », a déclaré Luc BERGINIAT dans son allocution. Visiblement le conseil d’administration planche sur le sujet.

Repères

48e assemblée générale

188 adhérents éleveurs actifs

8 salariés

Chiffre d’affaire : 22 millions d’euros

Résultat : 29.217 €

Production :

  • 3,11 millions de poulets plein air Sud-Ouest (+ 6 %)
  • 1,24 poulets Label Landes (liberté) (- 1,5 %)
  • 567.000 pintades (+9,3 % par rapport à 2009)
  • 113.500 volailles festives.

Composition du bureau

Président : Hervé LABESQUE (64)

Vice-président Joël CABÉ (40)

Trésorier : Laurent MOREAU (47)

Secrétaire : André MASSY (40)

Autres membres du conseil d'administration : Jeannette BROCA (32), Alain CAZAUX (40), Richard COMMARIEU (40), Vincent CUZACQ (40), Corinne LAFFORGUE (40), Frédéric LAFITTE (40), Nicolas LAPEYRE (40) et Benoît LOGIE (47).

Source : Informations Agricoles n°2.704 du 6 juillet 2012

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef