mer 01 décembre 2021
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Informations agricoles / Les éditos / Editos 2012 / L'alternance, une nécessité!

L'alternance, une nécessité!

Le MODEF s’engage dans les élections aux chambres d’agriculture de janvier 2013.
Nous souhaitons à la fois « mettre les pieds dans le plat » concernant les véritables problèmes que connaissent aujourd’hui les agriculteurs landais mais aussi porter un projet de développement que je qualifierai de « plein de bon sens paysan ».
Christophe Mesplède

Christophe Mesplède

Le bilan pour l’équipe sortante n’est pas satisfaisant. C’est le moins que l’on puisse dire.

Notre département est le dernier de la région Aquitaine en nombre des installations.

En 10 ans, nous avons perdu 25 % des chefs d’exploitation.

Les écarts de revenu se sont creusés considérablement entre les grands céréaliers et les exploitations de polyculture-élevage.

La répartition des aides PAC est injuste. Qu’une politique publique vienne creuser encore plus les inégalités de revenu entre agriculteurs est un comble.

Je vous invite à consulter sur Internet les bénéficiaires de la Pac (www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/accueil/accueil.action). Vous verrez que ma remarque est fondée.

Nous sommes confrontés à une accélération de la concentration des moyens de production entre les mains d’une poignée d’agri-managers. L’inéquitable répartition des aides et l’absence de plafonnement y ont largement contribué. Le MODEF continuera à se battre pour que cela change.

Par exemple, dans notre département, nous avons le plus gros producteur français de maïs semence : plus de 500 ha ! En plus de la valeur ajoutée générée par cette culture spécialisée, il perçoit annuellement plus de 200.000 euros d’aides PAC !

Le but de cette remarque n’est pas de « stigmatiser » les bénéficiaires mais bien de dénoncer un système mis en place avec la « bénédiction » du syndicat majoritaire.

Nous ne voulons pas d’une politique agricole publique qui encourage la concentration de tous les moyens de production entre les mains de quelques uns.

En 10 ans, les petites et les moyennes exploitations ont perdu 23.600 ha de SAU tandis que les plus grandes en ont gagné 12.000 !

Si les électeurs nous donnent la majorité, nous nous engageons à militer pour une juste répartition des moyens de production : le foncier, l’eau, les soutiens publics, les contrats de production…

Les candidats de la liste MODEF ont des exploitations qui ressemblent à celles de la grande majorité d’entre vous. Elles sont en phase avec nos convictions et nos discours. Et nous sommes très à l’aise pour parler des dérives de la course sans fin à l’agrandissement à laquelle nous assistons dans notre département. Pour nous en tous cas, c’est un gage de crédibilité.

Les éleveurs connaissent des difficultés importantes. Le MODEF a écrit aux coopératives pour que ces dernières exercent la solidarité entre céréaliers et éleveurs…

La solidarité est une des valeurs fondatrices de la coopération (et du syndicalisme…). Actuellement, pour les éleveurs, il est très difficile d’accepter que leurs revenus baissent alors que la coopérative affiche des résultats en hausse !

Le MODEF mettra en place un observatoire du revenu (coûts de production et marges nettes par production) et la chambre d’agriculture, en devenant le principal interlocuteur « neutre » parmi les différents opérateurs, sera à même de défendre « bec et ongles » le revenu et les marges des producteurs.

Le MODEF remettra en avant une véritable politique de terrain. Les responsables élus de la chambre mettront les bottes pour répondre aux attentes techniques des agriculteurs : techniques culturales simplifiées, autonomie des élevages et tourteaux fermiers, agriculture de précision, analyse technico-économique pour anticiper la diversification qui s’imposera tôt ou tard… et tout cela en parfaite intelligence avec les différents acteurs qui adhèreront à cette dynamique : la Fdcuma, la Cuma départementale, l’ALPAD, le Civam bio, l’enseignement agricole public, etc.

Lors des dernières élections, le MODEF a fortement progressé : 42,5 % des voix aux élections MSA de 2010, 5 élus Modef (commission consultative et tribunal paritaire de Dax).

Nous devons fédérer toutes les énergies qui veulent une chambre militante et proche des préoccupations des paysans.

Les choses sont relativement simples. Vous avez le choix de voter FDSEA ou Coordination rurale, ce qui reviendra globalement au même car cela aggravera les problèmes que je viens de décrire. En revanche, si vous votez MODEF une dynamique nouvelle se mettra en place, la priorité sera donnée au terrain pour répondre aux légitimes attentes des agriculteurs.

Ce choix vous appartient. Nos candidats ont fait le leur. Nous serions heureux, ensemble, de pouvoir enfin changer le cours des choses…

Christophe Mesplède, Président du MODEF des Landes

Vendredi 21 décembre 2012 - Infos agricoles n°2.728

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef