ven 24 septembre 2021
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Informations agricoles / Les éditos / Editos 2013 / 2013 : une année à vite oublier

2013 : une année à vite oublier

Dans le Tursan, les vendanges sont bien avancées. Déjà, le constat est là : il y aura 40 % de récolte en moins. Même si les producteurs sont assurés contre les aléas climatiques, il reste tout de même la franchise de 25 % à leur charge.
Christophe Mesplède 2012

Christophe Mesplède

D'autre part, cette baisse de volume aura des incidences sur les stocks de la cave coopérative qui connaît déjà une situation à flux tendu sur les vins rosés...

Il faudra nécessairement une année 2014 généreuse pour arriver à reconstituer des stocks en phase avec les objectifs...

Alors que nous arrivons bientôt à la mi-novembre, les récoltes de maïs se poursuivent avec un retard important.

Le verdict de la moissonneuse-batteuse tombe et les rendements ne sont pas bons.

Rien d'étonnant en cela... Cependant, l'autre composante du revenu qu'est le prix n'arrange pas la situation.

Quelques producteurs ont pu bénéficier des prix de soudure en octobre qui se situaient autour de 165 €/tonne. Aujourd'hui le prix « campagne » est retombé bien plus bas : on parle de 130 €/tonne.

Avec une humidité souvent supérieure à 30 %, autant dire que le prix sera minable...

Si on conjugue la baisse de rendement et la baisse de prix, la perte à l'hectare peut s'élever autour de 700 à 1 000 €.

Cela va faire mal, très mal aux trésoreries...

En même temps, les éleveurs espèrentque les prix bas des céréales amélioreront leurs marges.

Les opérateurs économiques doivent prendre conscience que la situationvaêtre tendue dans bon nombre d'exploitations.

Banques, coopératives, centres de gestion, MSA... chacun de ces organismes devra consentir des efforts en faveur des paysans landais. C'est indispensable !

Nous sommes tous embarqués sur le même bateau. L'économie de notre département repose en partie sur l'agriculture. Les concessions de matériel, si elles ont connu une année 2012 plutôt bonne, vont sûrement traverser une période de vaches maigres.

La Bretagne se révolte contre on ne sait pas trop qui... Une chose est certaine, le modèle productiviste qui a fonctionné plus ou moins bien jusqu'à présent est en train de se désagréger inexorablement.

Le président de la Fdsea du Finistère, qui est à la tête du collectif des bonnets rouges, le rappelait : « Nous avons perdu 1/3 des chefs d'exploitation en 10 ans ».

Le modèle breton, soutenu par la Fnsea, n'a pas su sortir à temps de la production bas de gamme largement subventionnée par l'Europe.

La chute a été d'autant plus brutale lorsque ces aides à l'exportation se sont éteintes.

Nous devons en tirer les enseignements. La conquête des marchés extérieurs ne doit pas se faire à n'importe quel prix.

Les filières de qualité prenant en compte le respect de l'environnement doivent rester pour nous (Sud-Ouest) la seule alternative à défendre...

Christophe Mesplède, président de la FSA-Modef des Landes

Vendredi 8 novembre 2013, Infos Agricoles n°2771

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef