ven 24 septembre 2021
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Informations agricoles / Les éditos / Editos 2013 / Terres agricoles : à protéger d'urgence

Terres agricoles : à protéger d'urgence

Dans de nombreuses tribunes, la perte chronique de terres agricoles est régulièrement abordée. Chacun défend, au regard de visions du développement qui sont sûrement différentes, l'idée de conserver au maximum un certain équilibre entre la forêt, l'urbanisation et l'agriculture.
Christophe Mesplède 2012

Christophe Mesplède

Force est de constater qu'au delà des grands discours des uns et des autres, la réalité est bien plus amère...

Pour parvenir à compenser les défrichements liés à l'urbanisation, le boisement des terres agricoles est devenu pour l'administration une nécessité.

En parallèle, nous sommes confrontés à une attitude inconséquente de la chambre d'agriculture. Alors qu'elle est censée donner à la DDTM son avis sur tous les projets de reboisement de terres agricoles, l'institution consulaire agricole s'y refuse. Nous savons qu'il s'agit d'une mesure de rétorsion, pour exprimer son mécontentement vis à vis de l'application du boisement compensateur aux défrichements à vocation agricole. Toutefois, le MODEF aimerait savoir si cette situation de blocage va perdurer longtemps !?

Aujourd'hui, un défrichement pour la création d'un lotissement dans une commune X peut être compensé par un reboisement de terres agricoles dans une commune Y sans que les acteurs de terrain n'en soient informés, pas même les élus de la commune Y !

Par exemple, dans ma commune qui sera directement impactée par le tracé de la LGV (passage au milieu d'une parcelle de 11 ha avec pivot), il est question de boiser 6 ha de terres agricoles pour compenser la création de 2 lotissements dans des communes du littoral ! Tout ceci avec la bénédiction de l’administration qui, me semble t-il, aurait dû tempérer les ardeurs d'un propriétaire qui transforme de la lande nue à 1 000 € l'hectare en terrain à bâtir qui en vaut au moins 50 fois plus, tout ceci en allant, à une cinquantaine de kilomètres de là, détruire de la SAU agricole alors que des agriculteurs locaux sont en recherche de foncier et que l'impossibilité de s'agrandir en pénalise fortement certains.

Dans ma commune, où le taux de boisement est de 80 %, la SAU compte 300 ha alors que la forêt en couvre 2300 !

En 15 ans, 30 ha de terres ont disparu tandis que la forêt en a gagné 25 ha.

Malgré ces données, l'administration autorise le boisement de 6 ha de terres de bonne valeur agronomique pour la réalisation d'une opération spéculative.

Les discours sur les fameux « grands équilibres » à respecter sont loin d'être mis en application...

La terre agricole est la variable d'ajustement pour une administration qui court après des surfaces de compensation, sans aucune prise en compte de la qualité agronomique des terres agricoles, ni même du fait que cela accroît les difficultés d'accès au foncier d'agriculteurs locaux.

Nous exigeons des solutions à ces problèmes qui irritent de plus en plus les paysans mais aussi les élus municipaux qui se retrouvent, de fait, écartés de décisions qui concernent pourtant l'aménagement du territoire de leur commune.

La commission qui contrôle la consommation des espaces agricoles (CDCEA) a un rôle qui reste encore mineur.

Notre cas de figure montre qu'il va falloir se mettre d'accord entre pouvoirs publics et acteurs de terrain pour décider plus précisément quels équilibres voulons-nous préserver ainsi que des modalités qui garantiront une mise en œuvre en toute transparence.

Pour défricher, il faut une autorisation. Pour boiser des terres, elle n'est pas nécessaire... Pire, il y a quelques années encore, on donnait des aides pour boiser des terres agricoles !

Christophe Mesplède, président de la FSA-Modef des Landes

Vendredi 25 octobre 2013, Infos Agricoles n°2769

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef