ven 18 juin 2021
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Informations agricoles / Les éditos / Editos 2014 / La France à nouveau condamnée

Informations agricoles

Nitrates : La France à nouveau condamnée

La Cour européenne vient, une fois de plus, de condamner la France pour des manquements en matière de lutte contre la pollution d'origine agricole.
L'annonce de la ministre de l’Écologie, qui prévoit d'étendre les zones vulnérables bien au-delà de ce que proposait le plan de 2012, n'aura pas suffi pour obtenir la clémence des juges européens...
Le plan « Royal » est un véritable coup de massue pour les éleveurs qui n'ont pas besoin de cela.
Comment en est-on arrivé là et que faut-il espérer ?
La France à nouveau condamnée

Christophe MESPLÈDE, président du Modef des Landes

Comment en est-on arrivé là et que faut-il espérer ?

D'abord, il faut le rappeler les excédents de lisiers existent bel et bien en France.

La situation bretonne, pointée du doigt depuis longtemps, n'est pas un mythe.

Depuis plus de 20 ans, la France applique des programmes de gestion des effluents....

En cogestion avec le syndicat majoritaire, les différents gouvernements ont privilégié la mise aux normes des bâtiments avec extension des capacités de stockage. Sur une période d'une vingtaine d'années, plus de 2 milliards d'euros d'argent public ont été consacrés à subventionner ces mises aux normes. Et 25 % de cette manne financière ont été utilisés en Bretagne pour les élevages intensifs de porcs et de poulets.

L'addition des plaintes concernant les algues vertes a incité l’État à proposer, en 2010, « un plan de lutte contre les algues vertes ».

Dans ce dossier « nitrates », le choix du gouvernement français et de la FNSEA était de réguler les effectifs animaux des élevages, sans toutefois entraver toute possibilité d'augmentation de la production en fonction de la demande du marché (la production porcine étant très cyclique). Cela s'est traduit par une intervention de l'État qui a essentiellement reposé sur le contrôle des extensions d'ateliers hors sol (contrôle des structures). Cette gestion « administrative » s'est avérée inefficace, en partie parce que déconnectée des réalités.

Pour prendre à bras le corps la situation d'excédent structurel, il aurait plutôt fallu partir de la capacité d'épuration du sol. C'est ce qu'ont fait les pays de l'Europe du Nord qui, bien que possédant des élevages intensifs, respectent mieux leur environnement.

Dans ces pays, les lisiers peuvent s'échanger, se vendre et être épandus en dehors des zones sensibles...

Aujourd'hui, les éleveurs landais vont payer pour cette politique irresponsable en matière de gestion des nitrates.

Cette fuite en avant s'inscrit toujours dans la stratégie d'un développement agricole basé sur l'augmentation des volumes, ce qui se traduit par une baisse perpétuelle du prix payé aux producteurs. Le grand bénéficiaire de cette « stratégie » est le secteur aval (agroalimentaire et distribution). Secteurs à qui d'ailleurs on ne demande pas un centime pour financer les mises aux normes !

Les pays du Nord de l'Europe ont raisonné autrement car il n'est pas dans les habitudes de leurs gouvernements de suivre les recommandations corporatistes agricoles... Et les dérogations concernant les extensions d'élevage y sont plutôt rares !

Pendant que les coopératives gesticulent et nous embrument avec « l'agriculture écologiquement intensive » ou « l'agriculture raisonnée », la France continue de battre des records en matière de consommation de produits phytos et désherbants.

Dans le même temps, le modèle breton qui faisait la fierté du lobby productiviste s'est délité avec l'abandon des soutiens publics à l'exportation.

Le MODEF s'oppose à cette nouvelle extension de la zone vulnérable (131 communes landaises seraient concernées) qui n'apporte pas de véritables solutions au problème. Il est temps de recentrer notre politique agricole et alimentaire sur les besoins des populations européennes, avec pour objectif de rémunérer ses paysans et de produire dans des conditions socialement et environnementalement raisonnables.

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef