sam 22 janvier 2022
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles

Accueil MODEF / Informations agricoles / Les éditos / Editos 2015 / Des prix, des prix et encore des prix !

Des prix, des prix et encore des prix !

« Nous ne voulons plus des aides, nous voulons des prix ! », s’exclamait un éleveur dépité au micro d'une chaîne de télé.
La colère des producteurs fait la une de l'actualité ces dernières semaines.

Le syndicat majoritaire longtemps resté sur des revendications liées aux contraintes administratives s'est fait dépassé par sa base qui a manifesté en revendiquant une revalorisation des prix.
En ligne de mire : les transformateurs (très peu les coopératives...), la grande distribution et, bien sûr, le gouvernement.
Le Modef soutient ce mouvement qui met en avant les difficultés sans précédent du monde de l'élevage.
Il y a 4 ans, en occupant toute une nuit la base Scalandes des Leclerc à Mont de Marsan, notre syndicat avait déjà dénoncé l'abus de pouvoir de la grande distribution. Pouvoir conforté d'ailleurs par la loi de modernisation de l'économie (communément appelée « loi Michel Édouard Leclerc » !...).

En se positionnant contre le volet économique du traité constitutionnel européen, le Modef attirait l'attention de tous les responsables professionnels sur les incidences pour notre agriculture de « l'économie libre et non faussée » imposée par les libéraux du PPE (parti populaire européen qui regroupe les partis de droite et centre-droite).
Des prix, des prix et encore des prix !

Christophe MESPLÈDE, président du Modef des Landes

La première conséquence pour les filières est que les Interprofessions (lieu de négociation théoriquement) peuvent parler de tout sauf... du prix des produits agricoles !

Les producteurs sont en prise directe avec des industriels qui ont plusieurs possibilités d'approvisionnement. Par exemple pour le lait, le triste record du prix le plus bas pratiqué en Allemagne par un transformateur est de 244 €/1 000 litres alors qu'en France les dernières négociations le porteraient à 340 € en moyenne.

La parole des paysans s'est faite entendre non plus dans les lieux de discussion prévus à cet effet mais directement dans la rue et, en manifestant, les producteurs ont obligé l'État à réunir autour de la table les mêmes acteurs que ceux qui siègent dans les interprofessions, à la différence près que, cette fois-ci, ils n'ont parlé que des prix...

Les filières industrielles ont la particularité d'imposer des investissements importants chez les producteurs pour se prémunir sur les plans sanitaire et environnemental, mais également pour garantir leurs approvisionnements en volume. Après avoir investi massivement, le producteur est obligé de produire notamment pour pouvoir rembourser la banque.

C'est pour cette raison que le Modef défend les productions de qualité à haute valeur ajoutée.

Fin juillet, comme tous les ans, l'association Bœuf de Chalosse a fêté à Montfort ces animaux, fleurons de notre département ainsi que leurs producteurs.

Même s'il s'agit de débouchés assez restreints, le label rouge semble être plutôt épargné par la crise...

Plus que jamais les politiques de qualité doivent être déployées pour récompenser à sa juste hauteur le savoir faire des éleveurs. Car nos petites exploitations ne pourront pas lutter avec les productions de masse et les cours mondiaux où la guerre des prix fait rage...

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Qui sommes nous ?

Actions et positions

Informations agricoles

Nos partenaires

Dossiers

Infos pratiques

Agenda et Actus

Fête du Modef